le diagnostic du Plan Local de l’Habitat de la CAPS

L’analyse repose sur deux axes principaux : l’évolution démographique (à partir de l’étude des recensements) et l’analyse de l’état du patrimoine bâti du territoire.

Le territoire de la CAPS se positionne en bordure de la zone urbaine dense du sud de Paris, il est préservé par des espaces naturels et agricoles, mais fonctionne étroitement avec cette première couronne, la ville de Paris, ainsi qu’avec d’autres territoires voisins.

Dans cette position intermédiaire, possédant de nombreux atouts, il est soumis à de fortes pressions, internes ou extérieures, issues de projets spécifiques (pôle de compétitivité, OIN) ou associées à un modèle typique des zones périurbaines (afflux de population venant de la zone centre de l’agglomération, qui repoussent les moins favorisés).

La démographie

• La population évolue peu (+2% entre 1990 et 1999) mais se renouvelle de façon importante (env. 1/3 entre 1990 et 1999).

• Comme la population française, elle vieillit d’autant plus que les flux sont déséquilibrés (départ des petits ménages, jeunes notamment, et arrivée de familles plus âgées).

• La taille des ménages se réduit (vieillissement, séparations et évolutions des modes de vie)

Le parc de logement

• Le parc de logement est déséquilibré et répond mal aux besoins des jeunes actifs : manque de logements de taille moyenne (F2, F3) et à prix raisonnables, domination de la maison individuelle et sous-occupation, faiblesse du parc locatif.

• La construction neuve est faible depuis le milieu des années 1990 et la production récente est dominée par de petits programmes haut de gamme et des grands logements.

• Le parc social est « gelé » faute de sortie possible pour les locataires (II faudrait près de 4 ans pour satisfaire les demandes au rythme actuel d’attribution)

• Les politiques foncières communales et intercommunales se résument à des acquisitions au coup par coup, isolées, sans projet à long terme.

• Les réponses aux besoins en logements spécifiques sont insuffisantes (personnes défavorisées, faiblesse des réponses d’urgence, renvoi des personnes en difficulté vers des solutions éloignées)

• La population d’étudiants et chercheurs capte largement le marché locatif, déjà faible.

About Palaiseau Autrement