Le film de la campagne (VI) -Après le 1er tour (9-13 mars)

Dimanche 9 mars Premières informations : la participation

Inscrits Votants Nuls Exprimés % exprimés
Rappel 2001 17849 10963 511 10452 58,55%
2008 20346 12092 279 11813 59,43%

Avec un taux de 66% de participation dans l’ensemble du pays, ces élections municipales n’ont pas mobilisé les électeurs. Le taux descend à 61% dans les villes des 9000 à 30000 habitants (comme Palaiseau) et on note en Ile de France une participation encore plus faible que dans le reste du pays. L’organisation du scrutin le dernier jour des vacances scolaires n’a sans doute pas amélioré les choses. Lire l’article du Parisien

Lundi 10 mars Les résultats

Rappel des résultats de 2001 où seulement deux listes étaient en présence :

Liste gauche plurielle et associative (F. Lamy) 5732 voix 54,84%
Liste Union pour Palaiseau (J. Allain) 4720 voix 45,16%

En 2008, 4 listes sont en présence. Les résultats :

Palaiseau passionnément (F. Lamy) 5616 voix 47,54 %
Palaiseau à venir (B. Vidal) 3486 voix 29,51 %
Réussir Palaiseau (F. Vigouroux) 1431 voix 12,11%
Palaiseau vraiment à gauche (C. Henry) 1280 voix 10,84 %

Il manque 291 voix (2,46%) à F. Lamy pour obtenir une réélection dès le premier tour : plusieurs socialistes en avaient formulé l’espoir à la veille du 1er tour, sans que l’on sache s’ils possédaient des informations particulières (sondages) ou s’ils étaient seulement animés par l’enthousiasme de leur campagne.

Lundi 10 mars A 10h50, B. Vidal (Palaiseau avenir) actualise son site internet et remercie les 3500 électeurs qui ont voté pour sa liste. Il estime que « 72% des Palaisiens dont 40% d’abstentionnistes n’ont pas apporté leurs voix au maire sortant« . Avec cette méthode, on pourrait lui rétorquer que sa liste ne recueille que 17% des suffrages des Palaisiens inscrits… Malgré 1361 votants de plus, on peut noter qu’il recueille 1250 voix de moins que J.Allain en 2001. Cet effondrement de la droite Palaisienne peut sans doute s’expliquer par plusieurs raisons : le contexte national, son manque de dynamisme pendant ces 7 années dans l’opposition municipale, l’évolution démographique et sociologique de la ville et, bien sûr, la présence d’une liste Modem-non inscrits.

Lundi 10 mars Les 4 listes en présence ayant obtenu plus de 10% des voix, elles peuvent se maintenir intégralement pour le second tour ou choisir de fusionner entre elles.

 

  • Les déclarations antérieures de F. Lamy peuvent laisser penser qu’il ne recherchera pas d’alliance nouvelle.
  • Du côté de Palaiseau vraiment à gauche, la tentation de poursuivre le cavalier seul devrait également être de mise.
  • La principale incertitude concerne Réussir Palaiseau, qui compte sur sa liste des membres du Modem (dont F. Vigouroux, qui s’est défendu, ces dernières semaines, d’en porter les couleurs), mais aussi des personnalités qui avaient fait le choix de cette liste pour son absence de référence partisane.

Mardi 11 mars Dans son édition électronique, le Parisien prévoit que l’extrême gauche servira d’arbitre au scrutin Palaisien. Bien informé, le journaliste annonce également que « à droite, les discussions se poursuivaient hier en fin d’après-midi entre la liste de Bernard Vidal, l’UMP arrivé deuxième avec 29,5 % des voix, et le MoDem Francisque Vigouroux, troisième avec 12,1 %« .

Mardi 11 mars Dans la journée, F. Lamy (Palaiseau passionnément) estime que le score obtenu « témoigne de la reconnaissance du travail accompli pendant sept ans » et appelle à la mobilisation pour le second tour.

Mardi 11 mars Tout au long de la journée les médias nationaux annoncent des prises de positions variées des listes Modem qui selon les villes se maintiennent ou fusionnent avec des listes socialistes ou UMP. A 18h, heure limite du dépôt des candidatures au second tour, les dés seront jetés ! A 21h, le site internet de B. Vidal annonce la fusion de sa liste Palaiseau à venir, avec celle de F. Vigouroux, Réussir Palaiseau. Aux 4 logos de partis soutenant sa liste (UMP, Nouveau centre, Parti radical, CNI) il va falloir ajouter le Modem… drôle de conception pour une « équipe d’ouverture, essentiellement composée de non inscrits« .

Mercredi 12 mars La liste Palaiseau vraiment à gauche (C. Henry) se satisfait des « nets progrès réalisés entre les élections législatives de juin dernier où le candidat de la Gauche Anti-libérale unie avait obtenu 6,69 % » et le « premier tour des Municipales, 10,84 % où les électeurs ont affirmé leur volonté d’une vraie politique de gauche » en votant pour cette liste. Elle annonce son maintien au second tour.

Mercredi 12 mars L’alliance de F. Vigouroux (Réussir de Palaiseau) avec B. Vidal (UMP) déclenche la colère de Dominique Labiche (n°2 de la liste Réussir Palaiseau) et de 9 de ses colistiers. Dans un communiqué de presse, ils dénoncent le « coup de maître [de F. Vigouroux] en matière d’entourloupe politicienne (…) Après avoir laissé croire à la majorité de ses colistiers et aux électeurs que la liste citoyenne qu’il avait constituée était indépendante de tout parti politique, il vient de fusionner pour le deuxième tour avec la liste menée par Bernard Vidal, UMP. Il emmène avec lui 9 membres de la liste plurielle qu’il avait conduite au premier tour.

Communiqué de Dominique Labiche

Alors que les résultats du scrutin le permettaient (12,11%), il n’a pas hésité, pour arriver à ses fins, à laisser croire que le maintien de cette liste était impossible car un de ses membres ne souhaitait pas figurer au second tour (…) Le tout était à l’évidence un coup monté car dans la foulée, il proposait une fusion avec la liste conduite par B.Vidal. Une douzaine de citoyens présents sur Réussir Palaiseau au premier tour – dont je fais partie- ont refusé de le suivre. Inutile de dire combien ils se sentent trompés, méprisés, sentiments que partageront, hélas, bon nombre d’électeurs« .

Cette alliance de F.Vigouroux était-elle préméditée ? L’absence de candidature Modem aux cantonales, l’annonce de certains candidats de la liste de B.Vidal qui « savaient qu’ils ne figureraient pas au second tour » pourraient laisser croire qu’un accord antérieur existait. La situation d’autres communes (absence de candidature UMP face à V. Delahaye à Massy, la seconde place de J.F. Vigier à Bures peut être éligible face au candidat socialiste…) ont-ils pesé sur la décision de la tête de liste de Réussir Palaiseau ?

Mercredi 12 mars L’OIN et l’avenir du plateau de Saclay s’invitent dans la campagne aux Ulis où le second tour apposera dans une triangulaire M. Olivier (PS), P. Loridant (MDC, maire sortant) et F. Del Boccio (UMP) : l’entrée des Ulis dans la CAPS fut un des points abordés lors du débat organisé par la télé locale Télessonne.

Jeudi 13 mars Si les enjeux sont différents, la comparaison des résultats avec les suffrages exprimés sur Palaiseau pour l’élection cantonale peut éclairer le paysage politique Palaisien (NB : le résultat intégral de l’élection cantonale).

Candidat Voix Palaiseau % Palaiseau
Bernard Vidal (UMP) 4189 36,75%
Claire Robillard (PS) 4108 36,04%
Michel Rouyer (Verts) 1946 17,07%
Serge Guichard (PCF) 1157 10,15%
  • Sur Palaiseau, B. Vidal (UMP) obtient 700 de voix de moins aux élections municipales qu’aux cantonales… on peut donc penser qu’un électorat centriste a choisi Réussir Palaiseau mais qu’aux cantonales, faute de candidat il a apporté sa voix à l’UMP.
  • Serge Guichard (maire-adjoint sortant) a tenté de rassembler les forces plus extrêmes de la gauche et du mouvement anti-libéral. Son score aux cantonales avoisine celui de la liste Palaiseau vraiment à gauche (la participation étant légèrement plus faible pour l’élection du Conseiller général).
  • Claire Robillard (PS, n°2 sur la liste municipale de F. Lamy) et Michel Rouyer (maire-adjoint Verts sortant ayant finalement choisi de poursuivre sur la liste de F. Lamy) totalisent à eux deux, 400 voix de plus que la liste Palaiseau passionnément de F.Lamy aux municpales Palaisiennes : on peut donc imaginer qu’ils ont capté une partie de l’électorat de F. Vigouroux qui ne souhaitait pas voter pour l’UMP.

 

Jeudi 13 mars En Essonne, un second tour est nécessaire dans 28 communes de plus de 3500 habitants. Comme dans 14 autres, 3 listes seront en présence à Palaiseau. Lire l’article du Parisien

Jeudi 13 mars Ni remerciements, ni explications, le site internet de Réussir Palaiseau est désespérément muet depuis le 8 mars.

Jeudi 13 mars Sur le site Palaiseau passionnément, les 3 candidates estampillées Parti communiste présentes sur la liste de F.Lamy tentent d’éclaircir la situation compliquée de ce parti où les accords nationaux et départementaux ont privilégié l’union avec le PS… Mais dans quelques communes d’autres alternatives ont lieu comme à Palaiseau où la majorité de la section locale du PCF a choisi d’investir la liste Palaiseau vraiment à gauche.

Jeudi 13 mars Selon le journal Le Monde, « les budgets locaux sont de plus en plus difficiles à équilibrer ». Constatant qu’entre 1995 et 2007, « la hausse des dotations de l’Etat, l’envolée de la fiscalité locale (+15%) et la baisse des taux d’intérêts avait favorisé le désendettement des communes ».

Le Monde

Il semble qu’un grand nombre d’entre elles « rassurées par l’assainissement de leurs budgets, se soient lancées dans une fièvre d’investissements dans de nouveaux équipements, générant une hausse des frais de fonctionnement et de personnel ».

Face à ce sombre constat, quelle est la position des candidats Palaisiens ? Voici des extraits de leurs réponses :

  • Palaiseau vraiment à gauche (C. Henry ) : « Nous voulons diminuer cette pression fiscale qui est trop forte, chaque Palaisien le sait. Mais il ne faut pas endetter la ville. Les emprunts sont repartis à la hausse. Il y a donc une contradiction qu’il faut débattre et réduire. Nous sommes pour une pression fiscale, en diminution tout en assurant quelques marges d’auto-financement à la ville. C’est ainsi que l’investissement peut être assuré tout en maintenant les prestations à des coûts bas… C’est aussi cela la solidarité, le social ».
  • Palaiseau passionnément (F. Lamy ) : « Pendant ces 7 années nous n’avons pas augmenté les impôts. Nous continuerons à maitriser nos finances, à moderniser notre fonctionnement, à rechercher des subventions extérieures, à nous faire aider de l’intercommunalité. C’est cette démarche sur laquelle nous avons fait nos preuves qui permettra que toute augmentation de la fiscalité soit strictement nécessaire et modérée ».
  • Palaiseau a venir (B. Vidal ) : « Notre objectif est de baisser, en fin de mandat, la pression fiscale. Cela ne doit pas avoir de conséquences sur les prestations municipales. »

Vendredi 14 mars PS, PC, Verts et Modem : des responsables départementaux débattent sur Téléssonne.

Vendredi 14 mars Dans un tract diffusé diffusé sur internet, F. Vigouroux précise les deux conditions qui ont incité 21 de ses 35 colistiers d’accepter la fusion avec la liste de B. Vidal : l’absence de référence aux partis politiques (biens qu’investis par l’UMP, le CNI, le Nouveau Centre, le Parti radical et le Modem !!!) et la prise en compte du programme de Réussir Palaiseau dans les domaines de la jeunesse, solidarité, logement et du cadre de vie.

Voir plus haut le   Communiqué de Dominique Labiche

Dans le même temps, 9 de ses anciens colistiers dénoncent cette « manoeuvre électoraliste ». 10 candidats issus de la liste Réussir Palaiseau se retrouvent donc sur la liste de Palaiseau à venir.

Vendredi 14 mars Quelles seront les relations entre Palaiseau et la CAPS dans le futur ? Pour le savoir, vous pouvez relire les réponses des candidats au questionnaire de Palaiseau Autrement.

En attendant, un petit état des lieux de la situation dans les différentes communes de la CAPS dans ces élections municipales s’impose :

Commune Maire sortant 2001-2008 Délégués CAPS Résultats 1er tour 2008 Situation du 2° tour
Palaiseau F. Lamy (Union gauche) 8 Ballotage 3 listes (PS, DVG, UMP)
Gif/Yvette M. Bournat (UMP) 7 Réélu M. Bournat (UMP)
Orsay M.-H. Aubry (UDF) 6 Elu D. Ros (PS, Verts, Modem)
Bures/Yvette Ph. Janin (Union Gauche) 4 Ballotage 2 listes (PS – Modem), l’UMP se désistant au profit du Modem et le maire sortant ne se représentant pas
Igny F. Ribière (Union Gauche) 4 Ballotage 2 listes (PS-UMP)
Saclay G.Szymkowiak (Ss étiq) 3 Scrutin nominal
Villiers/Bacle J.P. Rigal (Ss étiq) 2 Scrutin nominal
Vauhallan R. Martinache ( Droite) 2 Réélu
Gometz le Chatel S. Ducrest (gauche) 2 Scrutin nominal
St Aubin G. De Guilbon (Ss étiq) 2 Réélu

Si les listes de gauche l’emportaient à Bures et à Igny, on peut penser que le Conseil de la CAPS aurait alors une réelle majorité politique qui lui a sans doute manqué dans la période précédente. Toutefois, les équilibres réalisés pour composer les listes locales (PS, Verts, PCF, non inscrits… mais aussi Modem) pourraient créer d’autres surprises. L’absence de majorité politique oblige à la recherche de consensus qui parfois, limitent l’action publique. Si une force politique venait à dominer au Conseil communautaire, les petites communes (conseils municipaux élus au scrutin nominal, sur des listes généralement peu marquées politiquement) auraient probablement un sentiment d’abandon encore plus grand face aux « grosses communes » qui s’octroieraient alors le pouvoir de décision à la CAPS.

Vendredi 15 mars Dans certaines villes, comme à Paris, les Verts avaient choisi de se présenter seuls au premier tour, afin de compter leurs forces et négocier en conséquence leur place dans les listes d’union avec le PS pour le second tour. A Palaiseau, les Verts et le PS se sont entendus pour présenter une liste commune. Toutefois, un bref retour sur le premier tour de l’élection cantonale permet d’apprécier les nouveaux rapports de force qui existent entre ces deux partis dans notre commune :

  • Claire Robillard (PS) obtient 4108 voix,
  • Michel Rouyer (Verts) obtient 1946 voix.

Si la liste Palaiseau passionnément l’emporte dimanche, les Verts pourraient revendiquer un peu moins de la moitié des délégations et responsabilités confiées aux socialistes. Le bureau municipal comportant 10 maires-adjoints, la ville désignant 8 représentants à la Communauté d’agglomération… nous verrons dans les prochains jours si le vote des habitants se concrétise dans le partage des responsabilités.

Vendredi 15 mars La fin de campagne fut finalement discrète : ni grand débat, ni réunion publique, pratiquement pas de réactions sur les sites internet des candidats… la préparation du second tour aura été l’occasion d’une campagne de proximité. Aura-t-elle touché les Palaisiens, comment se seront-ils forgé leur avis avant d’aller voter dimanche ? Seul le dépouillement de dimanche soir répondra à ces questions !

Une seule certitude, cette nouvelle mandature méritera que les citoyens soient associés et participent activement à la vie locale.  

About Palaiseau Autrement